« Bergman à Paris | Accueil | »

11 août 2007 - Paris

Ils n'entreront pas dans Paris

Sous le pont National, c'est à dire à l'endroit où la Seine entre dans Paris, un héroïque filtre flotte à la surface de l'eau et retient bouteilles en plastique, canettes, emballages et autres déchets.

Sans lui, les très romantiques quais de Paris seraient ornés de ceci :

Remercions donc le Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne, qui se salit les mains à notre place !

Afin de relever un peu le niveau de cet article si c'est encore possible, je vous propose un complément historique et culturel. À un jet de canette du pont National, on peut voir (mais on n'est vraiment pas obligé) un mur discret qui dort au milieu de l'échangeur de Bercy. L'échangeur de Bercy, endroit terrifiant s'il en est.

Connu sous le nom de « bastion n° 1 », ce tas de pierres n'est rien moins que l'un des vestiges de l'enceinte de Thiers. On peut trouver (mais, là encore, ce n'est pas obligatoire) quelques autres restes de cette enceinte à Paris : par exemple la poterne des Peupliers qui a plus fière allure. L'enceinte de Thiers, c'était une muraille de 35 kilomètres assortie d'une ribambelle de forts militaires en proche banlieue. Ce magnifique ouvrage d'ingénierie n'a servi à rien en 1870 et en 1914. Comme on n'apprend qu'en faisant des erreurs, et qu'il faut donc se tromper beaucoup pour apprendre énormément, on avait à peine détruit l'enceinte de Thiers que certains ont eu l'idée d'en faire une autre à la frontière nord-est : la ligne Maginot.

Voilà, cela méritait d'être raconté, des centaines de milliers d'automobilistes passent à la porte de Bercy sans penser à ces choses-là. En ce qui concerne les fortifs' (mais pas la ligne Maginot et encore moins les bouteilles en plastique), Jean-Louis Cohen raconte tout cela très bien.


Publié par thbz le 11 août 2007

9 commentaire(s)

1. Par S.  (15 août 2007) :

T'aurais dû écrire cet article en hiver pas en pleine saison estivale où les touristes envahissent Paris et les gens vont se baigner dans les eaux propres de la Seine :-)effectivement, c'est une image de Paris dont on parle très rarement...
Pour en venir à la 2ème partie de l'article, très intéressant et un détail bien inaperçu.
C'est marrant, en parlant de fortif',cet été par pur hasard, j'ai pu visiter quelques traces de cet architecture oubliée pour certains, du côté Est de la France...
(Tu trouves où ces idées?:-))

2. Par thbz  (15 août 2007) :

Où je trouve ces idées ? Lorsqu'on prend son vélo pour aller voir quelque chose, on tombe souvent sur autre chose en passant...

3. Par Suricat  (19 août 2007) :

Il existe le meme filet à l'autre bout de la seine, sous le pont mirabeau (passe la seine, ben oui...)

4. Par thbz  (20 août 2007) :

Passe la Seine, mais pas les déchets... Donc Paris n'est pas pollué par la banlieue Est et ne pollue pas lui-même la banlieue Ouest (sauf Achères !). Intéressant...

5. Par Bastos  (23 août 2007) :

Etonnant!! Autant je savais la muraille de Thiers ( et les précédentes versions de nos défunts monarques, dont je crois Charles V, le Louvre étant alors, c'est fou d'y penser, à la limite de Paris), autant j'étais loin d'imaginer qu'il reste des murs de Thiers/Pierre , et encore moins en plein échangeur de Bercy!!!!!

6. Par thbz  (23 août 2007) :

Oui, il s'agit de l'un des rares restes visibles à l'air libre de ces nombreuses enceintes parisiennes. Ces ouvrages énormes, qui l'un après l'autre ont encerclé Paris, ont disparu presque intégralement. Seule l'enceinte de Philippe-Auguste a laissé des traces significatives (mais souvent incorporées à des constructions et donc non visibles depuis la voie publique).

7. Par Leila zhour  (02 septembre 2007) :

Il me semble que Cavana parle de son enfance au pied des fortifs dans les ritals. Les portes des fauxbourg saint martin, Saint denis etc, sont également des vestiges de cet édifice défensif hautement inefficace, non? et il me semble bien qu'avant la super goudronisation des boulevards, on avait encore, il y a une quarantaine d'années, la possibilité de voir ces fameuses "fortifs'" prolonger légèrement, sous la forme d'improbables gravats, les montants des "portes".
Mais peut-être que je déforme des souvenirs très brumeux de mon enfance.
Il faudrait aussi relire Léo Mallet.
LZ

8. Par thbz  (03 septembre 2007) :

Leila : peut-être Cavanna a-t-il vu, en effet, quelques restes des fortifications dont la destruction a duré jusqu'au début des années 30.

Les portes des faubourgs Saint-Denis et Saint-Martin, en revanche, datent du XVIIe siècle. Elles sont situées sur l'emplacement de l'ancienne enceinte de Charles V et de Louis XIII, mais je crois qu'elles n'ont jamais vraiment fait partie des fortifications. En effet, c'est Louis XIV qui les a construites à peu près au moment où il détruisait l'enceinte pour créer les grands boulevards. Comme toutes les enceintes de Paris, celle de Louis XIII n'a servi à peu près à rien...

9. Par Leila Zhour  (03 septembre 2007) :

ah, d'accord, j'avions confondu...

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales