« Hangeul linéaire, latin carré | Accueil | »

4 janvier 2011 - Arts, architecture... - Europe

Le métro de Bilbao

Le métro de Bilbao, sous des entrées caractéristiques qui sortent de terre comme un serpent mécanique (les « fosteritos », du nom de l'architecte du métro Norman Foster dont j'avais déjà aimé la Swiss Re à Londres) :

... offre un aspect assez rébarbatif à premier abord, tout de béton brut et dépourvu d'ornement :

Mais, lorsqu'on y descend à nouveau...

... peu à peu le rouge relève le gris comme le piment dans un plat :

(la photographie ment : les panneaux lumineux sont de couleur rouge et non jaune-orangée)

... et le métro de Bilbao dévoile une élégance sobre et, s'imposant avec une obstination systématique aussi bien sur les quais que dans les rames et dans tous les détails de la signalétique comme sur les panneaux d'information, discrètement séduisante :


Publié par thbz le 04 janvier 2011

1 commentaire(s)

1. Par Détails  (05 janvier 2011) :

Excellent!
L'entrée est une vraie signature "Foster", du verre et d'acier un domaine où son architecte excelle. L'existence du béton brut est pour moi inattendue mais ce minimalisme a l'air de bien mettre en valeur la fonction et le lieu.
Une belle découverte qui change des entrées du métro parisien :-)

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales