« L'arrivée à New York | Accueil | »

24 avril 2004 - Toscane-Ombrie 2004

Spello

Spello est une petite ville située entre Assise et Foligno. Une fois à l'intérieur, on monte peu à peu sa rue principale, on avance au hasard dans le labyrinthe des rues adjacentes, on parvient finalement au sommet d'où on a une vue merveilleuse sur l'Ombrie et on se dit qu'on est dans l'une des plus belles villes d'Italie ; et puis on se souvient qu'on a déjà dit cela de tant de villes...

Dans l'église principale, Santa Maria Maggiore, des fresques de Pinturicchio montrent la supériorité de l'élève sur le maître, le Pérugin. Il a conservé l'influence de celui-ci dans ses paysages, en général une douce cuvette centrée sur un lac qui fait penser au lac Trasimène. En revanche, il abandonne la construction strictement symétrique du Pérugin. Les adorateurs sont répartis sur une belle courbe centrée sur l'enfant Jésus. Les visages sont tous nettement individualisés. On remarque par exemple un groupe composé d'une vieille femme et d'une jeune qui porte un bébé dans ses bras, sans doute pour représenter les trois âges de la vie.

Au sommet de la ville, on arrive à une église précédée d'un péristyle, qui ressemble à une église que j'ai vue à Cortone et dans laquelle j'avais vu un grand tableau de Signorelli peint des deux côtés. Ces deux églises très anciennes, comme Sant'Angelo à Pérouse, sont petites et très simples extérieurement. Pourtant il se dégage d'elles une impression de sérénité que doit produire leur situation à l'écart du centre.

Face à cet église, un belvédère sur l'Ombrie. Pour une fois la beauté n'est pas formée par un tableau de collines, mais par la longue étendue plate d'une vallée large, découpée en prés verts, ornée d'arbres isolés ou regroupés en courts segments ainsi que de maisons que l'on peut confondre avec des arbres dans le soleil couchant. Au loin, c'est la cité d'Assise, à flanc de colline, et en contre-bas la coupole de Santa Maria degli Angeli. De Spello on aperçoit Assise. D'Assise on aperçoit Pérouse. L'œil pourrait-il ainsi traverser toute l'Ombrie, toute la Toscane en sautant d'une ville d'art à une autre ?

Publié par thbz le 24 avril 2004

0 commentaire(s)

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales