« Une fenêtre à Vérone | Accueil | »

13 août 2014 - Arts, architecture... - Italie

Villa Rotonda

En se promenant à Vicence, le passant ne remarque pas forcément les palais de Palladio et de ses successeurs qui parsèment la ville et en ont modelé le paysage urbain. Il peut aussi oublier chacun d'entre eux, même si dans l'ensemble il se souvient que c'est une bien belle ville. L'amateur d'architecture et le touriste doté d'un bon guide, eux, seront sensibles à l'harmonie et au sens des proportions qui s'en dégagent. C'est peut-être une caractéristique de l'art classique : à la fois une beauté évidente et, plus tard, un attachement progressif.

La villa Rotonda, installée dans un quartier aujourd'hui banal à la sortie de Vicence, un peu avant d'arriver à la rocade, est une sublime construction et une manifestation idéale de l'art de Palladio. Aussi parfaite qu'un dessin d'architecture dans un manuel, auquel on aurait insufflé une âme.

La villa n'est pas construite en matériaux nobles comme les églises italiennes dont la façade de marbre, qui masque parfois un bâtiment en pierres brutes, suffit à susciter chez le visiteur un sentiment d'émerveillement. Ses dimensions sont réduites et ses formes presque minimalistes : une croix aux branches réduites — à peine plus qu'un cube, avec par-dessus une coupole. Son effet, discret mais prégnant, ne dépend donc que de la précision des dimensions, de l'imbrication des volumes et de la position du bâtiment par rapport à la campagne environnante ou, pour être plus exact, par rapport au spectateur qui l'approche et la contourne.

On pourrait craindre que des formes pures et idéales ne soient incompatibles avec les fonctionnalités nécessaires à une maison de grand propriétaire rural. Or la réussite de la villa Rotonda, on ne le comprend qu'en y pénétrant, est qu'elle a dû être aussi agréable à vivre que belle à contempler. La configuration intérieure résulte avec la plus grande logique de la structure générale.

Car que voit-on depuis l'extérieur ? une voûte posée sur un carré constitué par l'intersection de deux rectangles. C'est donc en conséquence, à l'intérieur, une grande rotonde centrale qui donne accès à quatre appartements carrés.

Le choix des deux formes, un rond sur un carré, implique toutefois qu'il reste un espace entre les deux. Cet espace est utilisé par les escaliers de service. La distribution des pièces et des circulations permet ainsi aux serviteurs de répondre rapidement aux demandes qui leur sont faites, tout en garantissant la séparation entre les maitres de maison, leurs invités, chacun dans leur appartement, et les serviteurs qui travaillent dans le rez-de-chaussée qui constitue le soubassement de la villa.

La vue vers l'extérieur a fait l'objet, me semble-t-il, du même calcul savant. Palladio a longuement étudié le site avant de choisir l'emplacement. En passant d'une pièce à l'autre, on dispose de vues variées sur la campagne environnante, qui apparaît plus pittoresque depuis l'intérieur que depuis le parc qui entoure la villa : peut-être est-ce le cadre des fenêtres qui limite et met en valeur le paysage.

Du côté de la vallée, le maître peut ainsi contempler facilement son domaine, peut-être même surveiller les travaux de ses ouvriers.

Et du côté de l'entrée, c'est comme si les statues, le chemin, la pelouse et les arbres avaient été disposés pour participer, avec les collines en arrière-plan, à la composition d'un paysage destiné à être contemplé depuis la fenêtre précise où l'on se tient.

(Les statues elles-mêmes, pour mieux contempler le paysage, ne montrent que leurs fesses aux habitants de la villa.)

Publié par thbz le 13 août 2014

4 commentaire(s)

1. Par Détails  (14 août 2014) :

As-tu pu visiter l'intérieur de la Villa Rotonda??? Si c'est le cas, tu as eu de la chance, elle n'est pas toujours ouverte au public, de ma part la découverte s'est arrêtée (en deux reprises)au hall d'entrée.
Sinon, la basilique palladienne est devenue depuis sa dernière réhabilitation (datant de deux ans) le rendez-vous incontournable pour les dernières expos de la cité.
Sans parler du teatro olimpico qui vaut également le détour.
Une très belle ville dans une belle région. chanceux :-)

2. Par thbz  (15 août 2014) :

Oui, la villa était ouverte à la visite. J'ai pris la cinquième photo depuis l'intérieur.

La rotonde au centre est décorée de fresques (pas extraordinaires, quand on voit au cours du même voyage la chapelle Scrovegni de Padoue, le palais ducal de Mantoue, la villa Pisani de Stra, etc.).

Quant au Teatro Olimpico de Vicence, c'est moi qui suis tombé sur une porte fermée, étant arrivé trop tard dans l'après-midi...

3. Par Rysermans  (16 juillet 2016) :

10 euros l entrée pour visiter 4 pièces et un jardin inexistant

4. Par thbz  (17 juillet 2016) :

En effet, je comprends qu'on peut être aussi déçu par la sobriété du site. Sans doute faut-il venir avec un désir préalable...

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales