« Le marché de Kyongdong | Accueil | »

17 septembre 2007 - Corée

Du hanok au Bellagio

Tu visiteras le Jeollanam-do, la province la plus au sud de la Corée.

Entraîné par ton amie coréenne, tu iras d'abord dans un hanok, une grande maison traditionnelle que le propriétaire a convertie en petits logements pour visiteurs. Tu arriveras le soir, à la tombée de la nuit. Tu apercevras à peine, en passant, ces petits pavillons de plain-pied avec leur toit recourbé typiquement coréen. Le propriétaire vous abandonnera dans une pièce sans fenêtres de deux mètres sur deux en fermant la porte à cause des moustiques. Tu remarqueras d'ailleurs une moustiquaire accrochée dans un coin. Et trois insectes t'attaqueront dès les premières minutes. Certes, cette chambre donnera sur une cuisine et une salle de bain assez bien équipées, mais tu t'interrogeras : faudra-t-il vraiment rester toute une nuit dans dans cette pièce minuscule et close, allongé sur une simple couverture posée à même le sol, enfermé de surcroît dans une moustiquaire ?

Tu éteindras la lumière pour ne pas attirer les moustiques, tu ouvriras la porte et tu poseras tes pieds sur le plancher extérieur où tu as laissé tes chaussures avant d'entrer. Il n'y aura rien à voir dehors, car le toit traditionnel au-dessus de ta tête et et le mur typique juste en face masqueront la lune et obscurciront la nuit. C'est à l'intérieur de toi-même que tu regarderas.

Tu comprendras que tu dois faire quelque chose de cet espace, ranger les bagages, préparer la table basse pour le repas, installer la moustiquaire. En un mot, de cette pièce blanche qui te sera entièrement étrangère tu devras faire un lieu de vie. Tu devras l'adapter à toi afin de t'adapter à elle.

Dès lors tout ira mieux. Tu reviendras à l'intérieur, tu fermeras cette porte qui ne sera plus une muraille ; tu accrocheras la moustiquaire dont l'enveloppe t'apportera intimité et non plus oppression. Ainsi tu passeras une bonne nuit, malgré l'absence de matelas, malgré le chauffage par le sol qui te met en sueur, malgré les hurlements des coqs et le vacarme de la nature qui, dès quatre heures du matin, te feront regretter le doux murmure des avenues parisiennes.

Où coucheras-tu le lendemain ? Dans un autre logement typique : le motel.

On les voit de loin, les motels, établissements extravagants décorés d'immenses bas-reliefs en façades, de tourelles roses sur le toit, ou des deux à la fois.

Celui-ci, c'est à cause de son nom que tu le choisiras. Tu te souviens en effet du Bellagio, le plus bel hôtel de Las Vegas, le plus prestigieux, le plus romantique. Ici, au sud de la Corée du Sud, tu retrouveras un autre Bellagio, beaucoup moins grand, beaucoup moins cher, beaucoup moins animé, mais avec le même nom et le même logo. Il n'y aura pas d'étage numéro 4, car le chiffre porte malheur.

Pour moins de trente euros tu auras une chambre spacieuse, neuve, avec un téléviseur à écran large, une salle de bains bien équipée, un PC connecté à Internet et des boissons au ginseng gratuites dans le frigo. Alors tu te demanderas : mais comment font-ils ?

Publié par thbz le 17 septembre 2007

1 commentaire(s)

1. Par S.  (19 septembre 2007) :

Paradoxalement et parfois heureusement ce sont ce genre de faits, d'habitudes et d'endroits exotiques qui t'ont paru au début comme désagréables, étranges et même critiquables, qui restent les meilleurs souvenirs...
Bonne route pour la suite...

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales