« Retour dans la rue Watt | Accueil | »

14 mars 2011 - Arts, architecture...

Le docteur Goujon

Étienne Goujon, né en 1840 à trente kilomètres de Bourg-en-Bresse, fut maire du 12e arrondissement de Paris vers la fin du 19e siècle, tout en exerçant en parallèle les mandats de sénateur de l'Ain et, brièvement, de président du Conseil général du même département. Il est mort en 1907.

Bien sûr, ce n'est pas pour cela que je parle ici de lui.

La mémoire d'Étienne Goujon a été préservée par son inscription dans le réseau des rues de Paris. La rue du Docteur-Goujon (car il était médecin) trace un raccourci entre le boulevard de Reuilly et la rue de Picpus.

Or une vue depuis le ciel montre une remarquable homogénéité des deux blocs d'immeubles entre lesquels se glisse la rue du Docteur-Goujon :

Cette homogénéité est encore plus surprenante lorsqu'on parcourt à pied la rue en question :

Le triangle constitué par la rue du docteur Goujon et les deux blocs qui la bordent sur toutes leurs façades, entre le boulevard de Reuilly, la rue de Picpus et la rue Lamblardie, forme un gigantesque ensemble Art Déco, manifestement construit dans le cadre d'un programme unique. Je ne connais pas d'ensemble résidentiel Art Déco aussi vaste et homogène à Paris.

Toutes les façades ont la même hauteur, avec balcon filant aux deuxième et sixième étages. Des décors floraux stylisés soulignent le balcon haut. Seuls les angles de rues ont droit à quelques variations : rotonde, coin rentré... ainsi que les portes d'entrée, toutes individualisées :

Ces immeubles sont datés de la fin des années 1920 et signés d'un certain Landes.

Mais un mystère demeure : pourquoi, sur chacun des immeubles, le nom d'un autre architecte (ainsi que la lettre « s » à la fin du mot « architectes ») a-t-il été effacé ?

L'indispensable site parisenconstruction.blogspot.com permet de supposer à la lettre D comme Docteur-Goujon que le nom biffé est « Boutterin », architecte associé à Landes sur les permis de construire. Les mêmes noms apparaissent d'ailleurs sur l'immeuble du 56, rue Beaubourg.

Ce Boutterin est-il Maurice Boutterin (1882-1970), architecte en chef du Gouvernement, qui a également participé à l'aménagement du Petit Palais et a construit l'église Saint-Martin à Hénin-Beaumont ? Originaire de Besançon, il partage avec son père Marcel Boutterin (1842-1915) une rue dans cette ville.

S'il s'agit bien de cet architecte important et prolifique, comme cela paraît très probable, pourquoi donc son nom a-t-il été effacé ?

Publié par thbz le 14 mars 2011

2 commentaire(s)

1. Par Suricat  (15 mars 2011) :

On retrouve le même état d'esprit dans plusieurs rues à Paris. Pour ne citer que celles que je connais le mieux, la rue des immeubles industriels dans le 12ème ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_des_Immeubles-Industriels ) et pour son côté tout à fait charmant tout proche d'une certaine tour ronde, la rue Dieulafoy ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_Dieulafoy )

2. Par thbz  (15 mars 2011) :

Oui, c'est souvent le résultat de la conversion de terrains en lotissements par des propriétaires fonciers qui en retiraient une plus-value substantielle. Mais si la pratique était courante au 19e siècle (voire même bien avant : http://tinyurl.com/6z62wft ...), elle est beaucoup plus rare à ma connaissance après la Première Guerre mondiale, et n'atteint habituellement pas à une telle homogénéité sur plusieurs dizaines d'immeubles.

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?

Si une image apparaît à droite, merci de copier ci-dessous le code qu'elle contient :


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales