« L'architecture incrustée | Accueil

17 août 2017 - Corée - Paris

Paysages sensibles

C'est un projet de « une ».

Pour le choix de l'homme occidental, le graphiste a récupéré un personnage anonyme dans l'un des plus célèbres tableaux de Caillebotte. J'apprécie ce choix parce que, dans le livre, j'évoque un peu le Paris haussmannien et ce tableau en est l'une des meilleures représentations, quelques années après les transformations de Napoléon III. Quant à l'image de la femme avec le parapluie, j'ignore d'où elle vient.

Il s'agit de la couverture d'un livre que j'ai écrit avec Nara. Le titre, 풍경의 감각 - 파리・서울 두 도시 이야기, peut se traduire par « Paysages sensibles - Paris, Séoul : une histoire de deux villes ».

Le livre est publié par une maison d'édition coréenne, Mirae-eui chang (Fenêtre sur l'avenir), avec une traduction faite par Ryu Eun-sora (et revue par Nara), donc c'est plutôt pour me vanter que j'en parle ici que pour en vendre des exemplaires.

La partie écrite par Nara correspond à une version améliorée de chroniques qu'elle a publiées dans le magazine coréen Hankyoreh 21 il y a deux ans. Elle parle de trains, de traces des attentats dans la ville, de parcs d'attraction, de la réduction d'une ville à un « landmark », de graffitis, d'espaces fermés au sein de l'espace public, d'hôpitaux, de marchés de quartier, de restaurants, de ponts, de plages privatisées.

Pour ma part, l'éditeur coréen a vu ce blog et m'a demandé d'écrire une dizaine d'articles sur le même esprit. Je croyais au début que ce serait un simple travail d'adaptation, mais le ton d'un blog n'est pas celui d'un livre imprimé ; surtout, je ne pouvais pas donner à des Coréens des leçons sur l'architecture des temples ou le feng shui. Donc si le livre reprend certains thèmes traités dans ce blog, les articles sont en grande partie nouveaux. Et décrivent les ponts là encore, les places publiques, les montagnes, les cafés, les musées, les églises et les temples, les cimetières et les mariages, les déchets et leur paysage, les chantiers de construction et de reconstruction bien sûr, les banderoles et les inscriptions qui contrôlent l'espace public, les couleurs et les cartes.


Publié par thbz le 17 août 2017

0 commentaire(s)

Publier un commentaire :




Se souvenir de moi ?


Textes et photos (sauf mention contraire) : Thierry Bézecourt - Mentions légales